La FSD met actuellement en œuvre un projet d'étude et d'élimination des engins explosifs improvisés (EEI) dans des zones du centre et du nord de l'Irak récemment libérées de l’État islamique. Le projet de la FSD a débuté avec la phase de mobilisation en octobre 2015, puis les études et les opérations de déminage ont débuté en mars 2016.

 

Le projet vise à réduire la menace que représentent les risques d'explosion dans les zones récemment libérées afin de permettre le retour en toute sécurité des populations déplacées. En l'espèce, les risques d'explosion proviennent particulièrement des EEI utilisés comme mines terrestres et des munitions non explosées résultant de l'occupation de vastes zones de l'Irak par l'État islamique et des opérations militaires ultérieures des forces de sécurité, des Peshmergas et des forces de la coalition nécessaires au retrait de l'État islamique.

 

L'État islamique a posé un nombre stupéfiant d'engins explosifs improvisés dans le cadre de son plan de défense, non seulement dans des ceintures d'obstacles de type champ de mines, mais aussi comme pièges dans les maisons et les bâtiments des villages occupés. Une fois la situation sécuritaire normalisée, les restes explosifs de guerre deviennent une préoccupation majeure et les risques posés par les engins explosifs improvisés et les munitions non explosées constituent un obstacle important au retour des personnes déplacées dans leurs foyers et au redéveloppement de leurs moyens de subsistance.

 

Les conditions d'opérations sont très difficiles. Les défis techniques découlent de la nature improvisée des engins explosifs, du grand nombre de personnes impliquées et du fait que la FSD s'attaque à un domaine relativement nouveau de l'action humanitaire contre les mines : le déminage des champs de mines improvisés. L'environnement pose également des difficultés : les températures sont bien supérieures à 40 degrés pendant sept mois de l'année et le climat est froid et humide en hiver. Un manque d'infrastructures résulte également du conflit. Bien que l'État islamique ait été presque entièrement vaincu en 2017, il existe toujours une menace d'attaques rebelles dans de nombreuses régions du pays.

 

Depuis mars 2016, la FSD travaille principalement dans les gouvernorats de Kirkouk (districts de Daquq et Kirkouk), d'Erbil (district de Makhmour) et de Ninive (district d'Al-Hamdaniya) et commencera les travaux de nettoyage dans le district de Mossoul plus tard cette année. Les résultats ont été jusqu'ici encourageants : des bâtiments et des maisons ont été déminés pour leurs anciens habitants, des écoles et d'autres bâtiments communautaires ont été sécurisés et de vastes zones de pâturages et de terres agricoles précédemment contaminés ont été restituées aux agriculteurs. La FSD a éliminé 5 000 risques d'explosion et dégagé 1,5 million de mètres carrés depuis le début des opérations de déminage. Elle a également, en collaboration avec IHSCO, une ONG locale partenaire, organisé plus de 500 sessions de sensibilisation aux risques qui ont bénéficié à environ 16 000 hommes, femmes, garçons et filles du district de Mossoul.

FAITES UN DON

Nos remerciements spéciaux à nos donateurs et aux personnes qui nous soutiennent :

dos_flaglogo
pmwralogowithusdept_300_1